Articles de presse

LA PROVENCE

Mercredi 12 décembre 2018

MIDI LIBRE publié le 05/12/2018

Route du Rhum : l'Héraultais Jean-Pierre Balmes a réussi !

Le navigateur grand-mottois aura mis plus de 21 jours pour rallier Pointe-à-Pitre.

C’est dimanche 25 novembre, en 5e position, après 21 jours, 6 heures, 31 minutes et 53 secondes, que Jean-Pierre aura réussi son beau challenge : terminer la Route du Rhum. Fantastique, éreintante, mythique et magnifique… Tous ces adjectifs résument cette 11e édition de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Mais le bouquet final, pour Jean-Pierre Balmes, est l’expression “Tension extrême !”

 

Fantastique : après avoir réalisé la solitaire du Figaro à 20 ans, et la mini-transat à 40 ans, Jean-Pierre réalise, à presque 60 ans, sa première Route du Rhum. Il part riche du soutien de sa famille, de ses amis, de sponsors, d’enfants de classes scolaires (dont l’école du Sambuc) et des enfants hospitalisés du CHU de Montpellier, grâce à l’association Rire, clowns dans les hôpitaux, un partenaire cher à son cœur.

 

Éreintante : la course le fut pour tous les participants, en raison de conditions météo particulièrement difficiles la première semaine de course. Jean-Pierre a continué, malgré tout, sa course et est sorti de cette zone délicate avec quelques bobos et pertes de matériel, qui ne l’ont pas empêché de continuer et de conserver une belle 4e place, devant Loïck Peyron. "Le bruit, le sillage du bateau, la lune et les nuages, quelques étoiles filantes, et le bateau qui dévale de belles vagues à grande vitesse. Un énorme souvenir ! C’est pour des moments comme ceux-là que je vis, que l’on rêve de partir." Jean-Pierre a écrit ses phrases durant sa traversée de l’Atlantique.

Magnifique, la course le fut aussi par des échanges établis en pleine mer entre Jean-Pierre et des enfants hospitalisés, dans des services spécialisés, qui lui ont souhaité "Bon courage !".

Coiffé au poteau

Enfin, tension extrême lors de l’arrivée en Guadeloupe, en raison d’une météo capricieuse. Quarante-huit heures avant l’arrivée, Jean-Pierre était toujours 4e. Il reste alors 625 miles à parcourir, et Loick Peyron est toujours derrière, à 190 miles. À l’approche de la Guadeloupe, une petite dépression affaiblit les alizés. Obligé de traverser une zone de vents très faibles, Jean-Pierre ralentit et perd l’essentiel de son avance. Il entame le contournement de l’île avec moins de 30 milles d’avance sur ses poursuivants. Jean-Pierre subit alors les assauts de Loïck Peyron, dans les “dévents” de la Soufrière. Loïck et son multicoque, plus petit, plus léger et plus véloce dans les petits airs prendront finalement la 4e place.

Engagé dans la Route du Rhum, Jean-Pierre Balmès est au milieu de l’Atlantique.

Depuis la sortie de la Manche, la météo n’a pas été tendre avec les coureurs de la Route du Rhum… Jean-Pierre Balmès et son routeur, Xavier Macaire, ont choisi l’option de prendre un début de route très au Nord Ouest pour appréhender au mieux les premières dépressions.

Ce n’est que le 6 novembre qu’il a pu attaquer une route vers le sud, pour éviter de nouvelles dépressions à venir dans cette partie nord du parcours. Cela ne l’a pas empêché d’être encore dans la tourmente, de braver des vents avec des rafales à près de 50 nœuds et des vagues de presque 8 mètres !

Cette première partie de la Route du Rhum est très éprouvante pour tous. Jean-Pierre a aussi fait les frais de quelques bobos sur le bateau, et d’une belle entorse à la cheville. Mais il continue malgré tout.

Motivé comme jamais, il est soutenu par de nombreux supporters : sa famille, ses amis, des enfants de plusieurs écoles qui suivent son parcours à la trace, et les enfants hospitalisés du CHU de Montpellier. Ces derniers, grâce à l’association “Rire, clowns pour enfants hospitalisés”, et à leur instituteur, vivent la course en temps réel, et participent à des ateliers maquettes. Jean-Pierre est en lien avec les enfants de l’hôpital. Un beau parallèle entre la navigation et la situation de maladie des enfants… Pendant qu’en pleine mer, le navigateur brave les tempêtes, tient bon la barre face aux éléments, un enfant malade, qui lui-même vit une autre traversée en chambre stérile, écrit à Jean-Pierre tout son encouragement…

Un beau partage où l’enfant trouve espoir dans l’exploit de ce beau projet sportif et solidaire.

Maintenant, place à la Grande traversée !

Jean-Pierre a passé Madère dimanche 11 novembre, à 20 h 45, avec une météo encore une fois peu clémente… Il a viré de bord plusieurs fois en raison d’un fond résiduel de l’Atlantique Nord, et d’un temps très instable avec de grosses rafales de vent. Il entre à l’heure actuelle dans les Alizés, fait une route sud-ouest avec un vent au portant. Ces conditions sont moins pénibles, pour lui et pour le bateau.

Il faut toutefois rester très prudent, ne pas être trop toilé afin de ne pas être en surpuissance. Le vent devrait tourner du nord au nord-est. Il reste environ deux tiers de la course pour Jean-Pierre. Rien n’est joué !

À ce stade, bon nombre de marins disent déjà que Jean-Pierre fait un parcours exceptionnel !

Correspondant Midi Libre : 06 71 09 73 75

MIDI LIBRE

15 novembre 2018

Ouest-France, publié le 17/10/2018

PAIMPOL

Un catamaran de la Route du Rhum mis à l’eau à Paimpol

Avant de prendre le départ de la 11e Route du Rhum, le 4 novembre à Saint-Malo, Solveo Énergie Nouvelle, le catamaran de Jean-Pierre Balmes fait escale à Paimpol au chantier Dauphin Nautic. Le bateau quittera le port vendredi soir ou samedi matin.

Solveo Énergie Nouvelle, le catamaran de Jean-Pierre Balmes (59 ans) a été remis à l’eau ce matin avant de prendre part à la 11e édition de la Route du Rhum dans la catégorie RhumMulti. Une spectaculaire opération conduite par le chantier naval Dauphin Nautic où le voilier a effectué un ultime carénage.

« Une course mythique »

Directeur de Grand Large Services, une filiale créée par le groupe des chantiers Allures (Cherbourg), Garcia et Outremer (La Grande Motte), Jean-Pierre Balmès compte des courses océaniques à son actif. "J’ai un parcours professionnel tourné vers la mer mais c’est un rêve de prendre par à une épreuve mythique comme la route du Rhum", confie-t-il sans perdre une miette de la manœuvre de mise à l’eau. Dans le même temps, un camion est arrivé sur le quai Armand Dayot. Il a embarqué vers la Guadeloupe toute la logistique de la flotte de la société Outre-Mer (un autre catamaran et 2 monocoques). Il n’y a pas qu’en logistique qu’il s’agit de déployer les gros moyens. "Je suis surpris par le travail en amont qu’il s’agit d’effectuer en matière de logistique mais aussi de communication, confie le navigateur. Les partenaires réclament un retour sur investissement en qualité et en quantité."

Journal Farandole (édité par la chambre de commerce et le collectif des commerçants du pays d’Arles). Lundi 5 novembre 2018

Farandole - 5 novembre 2018.png
La Provence - 11 novembre 2018.jpg

Journal La Provence. Dimanche 11 novembre 2018

Infolettre La Grande Motte, septembre 2018

Multicoques

La Provence - 6 juillet 2018 - Salin de Giraud - les couleurs de la Camargue vogueront sur la Route du Rhum

Multicoques - Juin 2018

Midi Libre - Mai 2018

Midi Libre - 24 avril 2018

Midi Libre - 26 mars 2018

Magazine de la ville de LGM - Ma ligne de ville - Sept-Oct 2018, n°58

Infolettre La Grande Motte

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 by Laurent & Cécile - Pour JP BALMES

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 by Laurent & Cécile - Pour JP BALMES