Bonjour,

 

mercredi 5 septembre 

 

5h du matin.

Je viens de finir mon quart, nous avons bu un thé avec Fred mais je n’arriverai pas à dormir car nous venons de passer une nuit très particulière et mon esprit fonctionne encore au max.


Après une belle journée à Cascais, nous avons fait ce qu’il devait être fait : formalités portuaires, lessive, rinçage du bateau, plein de fuel, avitaillement, prise de fichiers météo pour les jours à venir, et une bonne douche. Nous avons fait ce qu’il nous plaisait : visite de la ville historique, petit repas au resto avec du rosé bien frais, et sieste.

JOURNAL DE BORD « SOLVEO » CONVOYAGE LA GRANDE MOTTE-LA ROCHELLE

Le soir venu, Jérôme (notre ami installé depuis 2 ans au Portugal) nous amène chez lui en passant par la route du bord de mer. Merveilleux spectacle que ce couché de soleil sur ces rouleaux surfés (nous ne sommes pas très loin de Peniche, haut lieu du surf avec sa vague mythique jusqu’à 40m, la plus haute jamais surfée). Kelly nous avez préparé un plat typique portugais : de la bacalau avec des patates accompagnées d’un délicieux vin local.


Nous prenons la mer vers 23 h afin de profiter d’une météo clémente.
Nuit sans lune, au moteur, mer plate. Nous nous installons vite dans notre routine.


Puis, vers 1h Patrick m’annonce du brouillard, intense. Nous programmons l’alarme du radar pour les petits bateaux et de l’A.I.S  pour les plus gros. La nuit est noire, mystérieuse.
Nous traversons des bandes de petits poissons (probablement de sardines) qui nagent en surface.
Leur mouvement excite le planton fluo et nous sommes entourés d’éclairs sous-marins.


Quel beau spectacle….

 

Mais qui dit poissons, dit pêcheurs...


Les alarmes se mettent à sonner. Nous ne voyons rien, n’entendons rien, nous pouvons juste deviner sur le radar leurs trajectoires erratiques. Nous nous frayons un chemin, un à l’ordinateur, l’autre à la barre est aux commandes moteur. Pas mal de stress, d’où mon impossibilité à fermer l’œil.

Vers 4h30, nous apercevons des étoiles, le brouillard se fait moins dense. Patrick va dormir et Fred le remplace. Les pécheurs tournent toujours dans le coin. Mais la vision de leur feu nous facilite la surveillance. La houle se lève et ralentit notre progression vers le nord, le temps est couvert.


Nous naviguons vers PORTOSIN où nous retrouverons les copains figaristes en attente du départ pour leur 3ème étape !


6h du mat, ma femme me contacte par téléphone, me souhaite une bonne journée et m’apprend que Xavier Macaire, qui sera mon routeur pour la Route du Rhum, vient de finir 2ème de l’étape et s’empare en même temps de la 2ème place au classement général. Superbe exploit !


La pression retombe. Je vais me coucher.


@ bientôt

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 by Laurent & Cécile - Pour JP BALMES

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 by Laurent & Cécile - Pour JP BALMES